Skip to main content
E-leclerc-gaspillage-alimentaire

Lutte contre le gaspillage alimentaire

14 | 06 | 2016
  • Diminuer texte
  • Augmenter texte
  • Imprimer
  • Facebook
  • Twittter

Le gaspillage alimentaire désigne la nourriture qui est jetée à la poubelle alors qu'elle aurait pu être consommée. Le gaspillage alimentaire a lieu tout au long de la chaine, du producteur au consommateur, et représente un enjeu important pour notre société, tant sur le volet économique, qu’écologique, social et éthique.

Les chiffres mis en avant dans le nouveau rapport de l'ADEME sur le gaspillage alimentaire[1] sont éloquents et complètent ceux déjà énoncés dans le rapport de M. Garot : 

  • 150 kg de nourriture par personne qui sont jetés chaque année alors que 6 millions de personnes sont en insécurité alimentaire soit 10 millions de tonnes.
  • Un coût de 240€/ an et par personne soit un coût total de 16 milliards d'euros.
  • 18% des denrées alimentaires sont gaspillées, …

Chaque acteur de la chaine est en partie responsable de ce gaspillage (source: ADEME – Rapport Garrot) :

E-leclerc-gaspillage-alimentaire


En 2012, E. Leclerc a été une des premières enseignes à répondre à l'appel de M. Garot, à l'époque ministre délégué à l'Agroalimentaire, pour travailler sur le sujet avec les différents acteurs impliqués dans le gaspillage. Les travaux auxquels l'Enseigne a participé ont abouti à la création du Pacte de lutte contre le gaspillage alimentaire qu'elle a signé en juin 2013 avec pour objectif de réduire de 50% le gaspillage alimentaire en France d'ici à 2025.

En 2015, l'Enseigne s'est de nouveau engagée en signant la convention d'engagement volontaire du Ministère de l'écologie, du développement durable, et de l'énergie qui prévoit entre autre de ne plus détruire de produits consommables, de réduire le gaspillage à la source, ...

Le 12 février 2016, le parlement a voté une loi de lutte contre le gaspillage alimentaire qui prévoit notamment:

  • Une hiérarchie des actions à mettre en place pour lutter contre le gaspillage (prévention du gaspillage, utilisation des invendus pour l'alimentation humaine, valorisation pour l'alimentation animale, utilisation pour du compost ou de la valorisation énergétique).
  • L'interdiction de rendre impropre à la consommation des produits consommables
  • De ne pas interdire le don de nos produits à marque propre
  • D'établir une convention entre les magasins et les associations d'aide alimentaire.

De tout temps, les magasins de l'Enseigne ont engagé des partenariats locaux et organisent des collectes de denrées alimentaires avec des associations d’aide alimentaire.

 

Depuis plus de 15 ans, les denrées encore consommables sont données aux associations d’aide alimentaire telles que les Banques Alimentaires, les Restos du Cœur, …
Chez E. Leclerc, les dons de produits alimentaires représentent environ 24.000 tonnes pour l’ensemble des associations (soit l’équivalent de 50 à 60 millions de repas), dont 6000 tonnes pour les seules Banques alimentaires (20% de leur collecte).
En mai 2013, l'Enseigne a renforcé son engagement avec les Banques Alimentaires en signant une convention-cadre et depuis 2015 en apportant un soutien financier pour l'extension et la rénovation de leurs infrastructures en devenant "Entreprise-Solidaire".


Les bonnes pratiques anti-gaspi des magasins E. Leclerc

L'Enseigne n'a pas attendu la loi ni les différentes initiatives gouvernementales pour lutter contre le gaspillage alimentaire, qui au-delà de l'enjeu éthique et social que cela représente, est un non-sens économique pour les magasins. Ainsi, depuis de nombreuses années les magasins E. Leclerc, conscient de leur responsabilité, agissent de façon préventive en améliorant la gestion des stocks, en travaillant sur la valorisation des produits, le don et l'élimination des déchets non évités en choisissant la solution qui aura le moins d'impact sur l'environnement.

Exemples:

- Dans le Nord de la France, un guide de bonnes pratiques pour accompagner les magasins dans la lutte contre le gaspillage alimentaire à chaque étape de production (gestion des stocks, transformation des produits abimés, dons, valorisation des déchets, …) a été développé et à vocation à être diffusé dans l'ensemble des magasins de l'Enseigne;

- Plusieurs magasins transforment des produits abimés ou arrivant à leur date limite de consommation en smoothies, bruschetta, pudding, croissant aux amandes, purée, soupe;

- D'autres magasins ont mis en place d’un espace « prix bradé », type Zéro Gachis ou Gueules cassées pour proposer aux clients des produits entre 30 et 50% moins cher mais arrivant bientôt à leur date limite de consommation afin d’éviter d’avoir à les jeter.

- Une trentaine de magasins ont recours à l’assistance d’entreprises pour lutter contre le gaspillage alimentaire:
1. Phenix dont les missions sont:

  • diminuer toutes les formes de gaspillages ;
  • créer de nouveaux réflexes de consommation et de gestion des stocks;
  • contribuer en tant qu'acteurs de terrain à la transiftion vers l'économie circulaire.

2. Comerso  qui fournit une assistance dans la préparation du don, dans le transport, et dans les aspects administratifs liés à la défiscalisation pour les moyennes surfaces qui intéressent moins les associations d’aide alimentaire.

- Lors d'évènements nationaux, de nombreux magasins organisent des ateliers de sensibilisation des clients au gaspillage alimentaire en leur donnant des conseils pour l’éviter : liste de courses, bien ranger son frigo, des recettes de reste, … et en leur remettant un livret anti-gaspi.

- Le magasin E. Leclerc de Templeuve s'est associé avec d'autres entreprises pour développer un social business dont l'objectif est de fabriquer des soupes, par des personnes éloigné de l'emploi depuis longtemps, avec des produits gaspillés. Pour plus d'informations allez sur le site des soupes "Bon et Bien".

 

 

Les soupes "BON et Bien"


Elles sont réalisées à partir des "légumes moches", non conformes aux exigences du marché, et sont en vente dans les magasins de Templeuve, Wattrelos, et Lille Fives et maintenant dans plusieurs magasins E. Leclerc des Hauts de France.

Une expérience de coopération entre grands chefs, Mc Caïn, les Banques Alimentaires, le GAPPI (Groupement d'Agriculteurs Producteurs de Pommes de terre pour l'Industrie), Randstad et  le magasin E. Leclerc de Templeuve, qui allie tous les volets du développement durable assure Thomas Pocher, adhérent du magasin de Templeuve.

Nous avions à cœur de partager la lutte contre le gaspillage en général sur nos territoires, et la volonté d'en faire une opportunité d'emploi et de création de valeur.

Cette initiative exemplaire a permis :

  • L'insertion de 8 salariés éloignés de l'emploi et de nouveaux débouchés pour les producteurs
  • D'agir dans la lutte contre le gaspillage alimentaire
  • De développer un modèle économique répondant aux problématiques d'approvisionnement et de commercialisation.

Par ce projet, l'Enseigne cultive l'innovation sociétale avec l'audace qui caractérise la Mouvement E. Leclerc. L'ambition est de développer le concept, de massifier les volumes de légumes et d'emplois, d'élargir la gamme, de s'ouvrir aux marchés des collectivités, …

 

 

Aller plus loin...

    Envoyer à un ami

    Je souhaite faire découvrir cet article à un ami :

    mettre [ ; ] pour envoyer à plusieurs amis