Skip to main content
zero-dechet-E-leclerc

Programme "Zéro déchet" E. Leclerc

01 | 09 | 2016
  • Diminuer texte
  • Augmenter texte
  • Imprimer
  • Facebook
  • Twittter

Parce que les ressources naturelles ne sont pas inépuisables et que la majorité des déchets peuvent redevenir des matières premières, l’Enseigne s’est fixée un objectif : ne plus avoir de déchets non-valorisés au niveau des magasins, des directions et plates-formes logistiques régionales. Autrement dit, le programme
"0 déchet" consiste à réduire la production de déchets  et à permettre le tri de la totalité des déchets générés par notre activité, en vue de les conduire vers des filières de réemploi ou de recyclage spécifique.


Pour atteindre cet objectif, l’Enseigne travaille sur deux axes :
 

  • En amont, la priorité est de réduire à la source les déchets générés par les produits référencés  par l’Enseigne et  de rendre les déchets non évitables, recyclables.

    Concernant la réduction à la source, l’Enseigne cherche à diminuer, substituer ou rendre recyclable tous les emballages de transport, de conditionnement ou d’exposition de produits utilisés ou vendus en magasin. Pour cela, l’Enseigne a mis en place des groupes de travail pilotes, réunissant acheteurs et fabricants, pour essayer de concevoir différemment ou substituer certains matériaux qui sont difficiles à recycler pour les magasins et les consommateurs.

    C'est notamment dans cette optique que l'Enseigne a travaillé avec L'Oréal pour développer le recyclage des PLV (Publicités sur le Lieu de Vente) qui sont utilisées lors des semaines dédiées à la beauté en magasin. L'Oréal a travaillé à l'éco-conception des PLV, en veillant à faciliter le désassemblage et le recyclage en fin d'utilisation et un guide a été diffusé pour aider les magasins à séparer puis recycler les différents éléments de ces PLV. La promotion de cet
    éco-geste a d'ailleurs fait l'objet d'un concours en interne et les lauréats ont été récompensés par Hervé Navellou, directeur général de L'Oréal France et Michel-Edouard Leclerc.
     
  • En aval, l'accent est mis sur l'amélioration du tri et le développement de nouvelles filières afin que l’ensemble des déchets produits puisse être valorisé.

    L'ensemble des sites est régulièrement sensibilisé et accompagné pour maximiser l'utilisation des filières de tri déjà mises en place de longue date comme celles du recyclage des emballages cartons et des films et sacs plastiques, et développer de nouvelles filières de recyclage comme celle du polystyrène et des biodéchets.
    Pour cela, l’Enseigne met à leur disposition des outils opérationnels (manuels, fiches pratiques, échanges d’expérience…) ainsi que des formations pour aider l’ensemble des collaborateurs dans leurs changements de pratiques.

    Concrètement, tous les centres E. Leclerc trient déjà quotidiennement plus d’une quinzaine de catégories de déchet et encouragent leurs clients à ramener certains produits usagés (piles, ampoules, déchets électriques et électroniques, prospectus, sacs de caisse, cartouches d'encres,…) pour faciliter leur recyclage.

Enfin, quel que soit l’axe de travail, E. Leclerc cherche à inscrire ce programme dans une logique d’économie circulaire locale, en essayant d'utiliser les déchets triés dans la fabrication de nouveaux produits, si possible en privilégiant des filières françaises.  C'est avec cet objectif  que s'est mise en place la collecte des huiles alimentaires usagées, générées par nos cafétérias et nos rayons traditionnels, qui sont traitées par une société qui en réintroduit une partie dans la production de biocarburants. Et c'est avec cette logique
qu'E. Leclerc est en train de pérenniser  une filière de collecte des cartes cadeaux qui sont recyclées en membranes pour le stockage souterrain de l'eau.

Envoyer à un ami

Je souhaite faire découvrir cet article à un ami :

mettre [ ; ] pour envoyer à plusieurs amis