Skip to main content
L’engagement E.Leclerc en faveur d’une huile de palme durable

L’engagement E.Leclerc en faveur d’une huile de palme durable

14 | 06 | 2016
  • Diminuer texte
  • Augmenter texte
  • Imprimer
  • Facebook
  • Twittter

« En tant que distributeur responsable, E.Leclerc a engagé, dès 2004, une démarche volontariste et progressive visant à réduire son empreinte forestière. Un plan forêt a ainsi été élaboré par l’enseigne, en partenariat avec l’organisation The Forest Trust [TFT], portant sur 3 secteurs clés : le bois, le papier et l’huile de palme. »

« En tant que distributeur responsable, E.Leclerc a engagé, dès 2004, une démarche volontariste et progressive visant à réduire son empreinte forestière. Un plan forêt a ainsi été élaboré par l’enseigne, en partenariat avec l’organisation The Forest Trust [TFT], portant sur 3 secteurs clés : le bois, le papier et l’huile de palme. »
 

Les plantations de palmiers à huile fournissent une huile végétale abondante, avec des caractéristiques technologiques spécifiques. Cette huile est utilisée pour la fabrication de produits alimentaires transformés (75 à 80%), de droguerie, de parfumerie, d’hygiène ou cosmétique (18 à 20%). Elle sert aussi à la production d’agrocarburants (2 à 5%). En réponse à la demande, la production mondiale d’huile de palme ne cesse d’augmenter de 46,7 millions de tonnes en 2010, elle pourrait atteindre en 63,7 millions en 2020 [1].

Cette augmentation s’inscrit dans le contexte plus global d’une demande et d’une production croissantes à l’échelle mondiale des huiles alimentaires végétales. D’ici à 2020, cette production devrait ainsi augmenter de plus de 30% pour atteindre 190 millions de tonnes [2]. Environ un tiers de l’apport supplémentaire en huile végétale d’ici à 2020 devrait être comblé par l’huile de palme.

L’expansion des surfaces plantées de palmiers à huile peut contribuer à la déforestation (notamment en Asie du Sud Est mais aussi dorénavant en Amérique Centrale voire en Afrique) et être à l’origine de la disparition de forêts tropicales primaires, de leur biodiversité associée ainsi que de conflits sociaux.

Pour ces raisons, depuis 2009 E.Leclerc s’engage à contribuer à la responsabilisation de la filière huile de palme

La première étape de la démarche mise en œuvre par l’Enseigne a consisté au calcul de notre empreinte huile de palme et à l’identification des produits ayant l’impact le plus élevé.

  • En 2009, nos fournisseurs intégraient alors l’équivalent de 11 000 tonnes d’huile de palme ou de palmiste dans nos produits à marque propre.

Deuxième étape, la mise en place d’un plan d’action. Il a été demandé à nos fournisseurs de produits à marque propre :

  • d’utiliser de l’huile de palme certifiée
    ou
  • de substituer l’huile de palme par d’autres matières grasses végétales

Dans ce cadre, l’entité en charge du développement des gammes de produits à marque propre (Scamark SA) a adhéré à la RSPO en novembre 2010.

Ces actions ont nécessairement été accompagnées d’une formation des équipes internes, afin de les guider dans les demandes faites aux fournisseurs.

L’information des consommateurs est également en place depuis 2004. La nature de l’huile végétale utilisée pour la fabrication des produits à marque propre est systématiquement communiquée sur l’étiquette et/ou sur le site internet dédié à ces produits.

En 2014, l’intégralité de l’huile de palme intégrée dans les produits à marque propre était déjà certifiée RSPO, à minima Book & Claim 

Notre objectif demeure qu’à fin 2015, 100% de nos volumes soient certifiés à minima Mass Balance  

Les niveaux de certifications RSPO

Les niveaux de certifications RSPO

Depuis la révision des principes et critères de la RSPO en Avril 2013, de plus en plus de voix (grandes ONG mais aussi des scientifiques) s’élèvent pour remettre en question les  Principes & Critères de la RSPO ; différentes parties prenantes alertant sur le fait qu’ils ne permettent pas de respecter pleinement l’enjeu initial à savoir un objectif « Non Déforestation ».

A l’heure actuelle il n’existe pas de certification officielle « Non Déforestation », néanmoins la plupart des acteurs et ONG s’accordent à minima sur les principes de non déforestation suivants :

  • Protection de l’ensemble des forêts à haute valeur en carbone
  • Protection de l’ensemble des forêts à haute valeur de conservation
  • Préservation de l’ensemble des  tourbières
  • Respect du droit des communautés à donner ou refuser leur Consentement Préalable, Libre et Informé
  • Respect du droit des travailleurs

Aujourd’hui, au moment où plusieurs acteurs majeurs de la filière s’investissent dans des démarches « Non déforestation », E.Leclerc s’engage également à travailler avec sa chaîne d’approvisionnement en faveur d’une huile de palme « Non déforestation ».

Dans un premier temps et d’ici à fin 2015, le plan d’action de l’Enseigne portera sur les point suivants :

  • Continuer de mettre à jour notre empreinte huile de palme
  • Collecter les informations de traçabilité auprès des fournisseurs de produits à marque propre représentant la plus grande partie de notre empreinte afin d’identifier des acteurs clefs de la chaîne d’approvisionnement.
  • Evaluer les engagements des acteurs de la filière en cohérence avec la définition établie ci-dessus.
  • Obtenir des garanties de transparence et d’application des politiques non –déforestation de la part de ces acteurs

Cette réflexion doit nécessairement être complétée par la détermination de critères précis permettant de garantir le respect de ces principes, et la mise en place de systèmes de vérification crédibles et transparents partagés par tous les acteurs concernés.

Récemment, plusieurs parties prenantes se sont réunies pour établir une boîte à outils (HCS Toolkit [3]) destinée à des producteurs afin de leur donner des outils pour appliquer des pratiques de protections des forêts à haute valeur de conservation.

Selon l’enseigne, le renforcement des Principes et Critères de la RSPO, autour de laquelle sont déjà engagées plus de 1500 entreprises fait aussi partie des solutions à envisager.

Un suivi régulier sera effectué de manière indépendante, permettant ainsi de garantir la transparence des actions de mises en œuvre et de mesurer l’avancement de la démarche.

Un rapport d’avancement de la mise en place des actions sera édité régulièrement.

[1] Sources : FAPRI, LMC, ISTA Mielke 2010
[2] Source : OCDE/FAO (2011), Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO 2011-2020, Éditions OCDE
[3] High Carbone Stock: http://highcarbonstock.org/the-hcs-approach-toolkit/

Envoyer à un ami

Je souhaite faire découvrir cet article à un ami :

mettre [ ; ] pour envoyer à plusieurs amis