Skip to main content

Comment mener des débats avec une classe ?

Imprimer

L’objectif est de fournir aux élèves de quoi mesurer les différences entre leurs perceptions initiales au début du débat et la réflexion à laquelle ils sont parvenus après l’étude de divers documents et le partage avec autrui.

debat-classe

Modèles de questions pour stimuler la discussion :
- Quelles raisons as-tu pour justifier ton opinion ?
- Pourquoi es-tu en accord ou en désaccord avec… ?
- Comment définir le terme qui vient d’être employé ?
- N’êtes-vous pas en train de vous contredire ?
- Quelle est l’hypothèse qui s’ensuit de cette remarque ?
- Qui peut donner un contre exemple à ce qui vient d’être dit ?
- Qui peut aider à clarifier cette pensée ?
- Si je comprends bien, tu es en train d’affirmer que…
- Tu sembles vouloir dire que…
- Pourrais-tu résumer en quelques mots ce que tu viens d’énoncer ?

Modèles de questions pour indiquer de probables erreurs de raisonnement :
- Quelles sont les raisons pour dire que … ?
- Quel argument peux-tu trouver pour appuyer ton opinion ?
- Pourquoi crois-tu que ton argument est bon ?

Modèles de questions pour chercher des hypothèses :
- Est-ce que ce que tu viens de dire présuppose que … ?
- Est-ce que ce que tu viens de dire ne repose pas sur la notion que … ?

Le débat d’idées peut donner lieu à divers prolongements :
- productions d’écrits
- panneaux d’exposition
- enquêtes
- idées d’actions concrètes

Proposition de trame GÉNÉRALE pour animer un débat d’idées
Il s’agit ici d’une trame qui pourra être modifiée selon les objectifs de l’enseignant.

Première étape
Association d’idées ou élaboration de questions, d’affirmations individuelles : « Ecris ce que tu sais déjà ou ce qui te vient à l’esprit quand on te dit… ». Mise en commun, élaboration d’une liste. On obtient ainsi l’expression des idées générales, des représentations, des a priori par rapport au thème général. L’idée est déjà d’amener à écouter le point de vue de chacun, à mesurer les différences de perception, à écouter des témoignages, des anecdotes, mais aussi à s’enrichir des apports de tout le monde. L’enseignant peut noter les idées qui se dégagent de ces premières réactions. Il va ensuite organiser le débat en apportant ou en faisant lire des informations complémentaires pour l’aider à se dégager des représentations initiales. L’enseignant guide sans diriger, il aide à la présentation des idées, il guide la structure du dialogue, il veille à ce que toutes les opinions soient entendues et également argumentées. Son rôle d’arbitre est de faire participer, sans donner de réponses toutes faites (Pourquoi dis-tu cela ?, Que veux-tu dire par cela...?). Ces apprentissages sont de l’ordre du savoir (le sujet de la discussion), du savoir-faire (les habiletés de pensée) et du savoir-être (attitude, écoute, objectivité...).

Deuxième étape
Quiz individuel composé de questions ouvertes, de QCM, d’affirmations en vrai-faux, permettant une évaluation diagnostique des savoirs et présupposés. Ces questions ou affirmations plus ciblées permettront d’engager le débat sans qu’il reste trop général.

Troisième étape
Confrontation, argumentation, discussion autour des réponses aux questions du quiz. Dans un premier temps, laisser s’exprimer toutes les idées, même celles qui peuvent paraître simplistes ou farfelues. Il est important de reconnaître à chacun la valeur de son expression aussi sobre soit-elle. Les différentes idées seront listées et répertoriées sur une grande feuille qui restera affichée tout le long de la période de travail.

Quatrième étape
Lecture d’un texte ou écoute d’un document audiovisuel. L’objectif est de sortir des représentations personnelles pour entrer dans un débat “informé”, les documents permettant d’éclairer, de modifier, d’argumenter de façon plus raisonnée et de construire de réelles connaissances.

Cinquième étape
Nouveau débat « informé » cette fois sous forme de dialogue collectif entre l’enseignant et la classe afin de préciser et de s’assurer de la compréhension de chacun. C’est l’occasion de veiller à ce que de fausses idées ne s’instaurent pas : délicate mission que de laisser libre l’expression tout en veillant à la pertinence des propos.

Sixième étape
Elaboration de la trace écrite afin de manifester par écrit ce qui a été compris et acquis tel que le demandent les instructions officielles et pour que toutes ces paroles ne s’envolent pas.